Le Fenouillèdes du XIIIè au XVIIè siècle - XVIIe siècle

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Le Fenouillèdes du XIIIè au XVIIè siècle
XIVe siècle
XVe siècle
XVIe siècle
XVIIe siècle
Toutes les pages

 

- XVIIe siècle -


 

  • Début XVIIe le bandolérisme sème la terreur sur tout le territoire tant audois que catalan. Bandits catholiques et protestants qui n'épargnent ni les religieux, ni les villes, sous prétexte de religion. Une bande installée à Perpignan place du Puig. Deux catalanes sont passées à la postérité, pour leur cruauté. Celles de Joan Cadell seigneur en Cerdagne et de Thomas Ier seigneur de Nyer : batailles du pont de Prades et de Catlar en 1580 qui firent une centaine de morts. Certaines ont été mises à profit par le pouvoir, l'une tenait garnison à Bugarach jusqu'à son licenciement en 1580.

 


1604 : Achèvement du manoir de Le Vivier. Édifié sur l'emplacement du château féodal rasé par les Huguenots. Ce sont les ruines actuelles, quand aux remparts, ils ont été datés du VIIè siècle.


1607 : Le Donezan est réuni à la France.

Les bornes à fleurs de Lys des cantons d'Axat et de Quérigut auraient matérialisé cette frontière ? Clottes du Madres, col de la Marrane. De nos jours le point de rencontre des trois départements : Aude, Ariége, Pyrénées Orientales. Mais ce ne saurait être le cas de celles de Rabouillet et à plus forte raison de celles de Fontanilles ( Col Campérié ) qui semblent délimiter les forêts royales de, respectivement Boucheville et Bac Estable.


03/12/1609 : Sentence du sénéchal de Carcassonne annulant un contrat de vente relatif à la forêt de Salvanère conclu le 30 juillet 1587 entre Henri Montsarrat du Vivier et Jean de Villanova. Ce dernier est condamné à la restitution des fruits, s'élevant à 1000 livres en monnaie d'Espagne. Assorti d'une interdiction de couper ou de prendre du bois.


14/05/1610 : Assassinat de Henri IV. Louis XIII n'ayant que 10 ans, Marie de Médecis assura la régence que le bon roi venait de lui confier.


02/02/1611 : Louis XIII accorde à Guillaume du Vivier le fils aîné de Henri Montsarrat, le titre de gouverneur de Puilaurens sur démission de son père. En reconnaissance des services rendus en Italie par ce dernier, aux côtés du cardinal de Joyeuse.


vers 1612 : Second mariage de Antoine de Niort, capdet et bailli royal de Sournia, Campoussy - Palmes ( 1601 - 1633 ) avec Philippine Sicard à Sournia.

Capdet : Hypothèse, corruption du languedocien Capdèl = gouverner, présider ? Capdet toujours en langue d'oc = Cadet.


18/07/1613 : Ordonnance du sénéchal de Carcassonne maintenant Henri Montsarrat du Vivier dans la possession de la forêt de Salvanère face à De Villanova.


21/05/1615 : Louis XIII autorise  H.Montsarrat du Vivier à abattre 150 sapins dans la forêt des Fanges. Le château du Vivier nécessitait une rénovation suite aux

assauts des calvinistes et des espagnols.


21/11/1615 : Établissement de la maison de Montesquieu à Latour de Fenollet  (  Latour de France au XVIIe ). Mariage de François de Montesquieu avec Gilette Drouet devant maître Pierre Galtier notaire de Tuchan.Ces de Montesquieu descendaient de Trilla. Seigneurie de Trilla qu'ils acquirent vers 1458-1479.


1618/1648 : Conflit entre la France et l'Espagne de Felipe IV dit la Guerre de 30 ans.


1626 Caudiès, Latour, Saint Paul et Sournia : Les consuls des ces communautés obtiennent une dispense de l'hébergement des troupes après avoir soudoyé les secrétaires des ducs de Ventadour et Montmorency. Versements respectivement de 270 livres et de 44 livres. Voir en 1708 pour les motivations de ce trafic.


1627 : Un petit poème qui en dit long concernant Trilla après les destructions des XVe et XVIe siècles.

Trilla saisi d'une grande pauvreté,

fait aux paysans porter la triste mine,

car chacun d'eux est si fort endetté

que le malheur,presque toujours, les mine.

D'après Bernard Pericon dans revue Fenouillèdes N°20.


Vers 1630 : Le roi fait répertorier les routes accessibles aux canons. Ils atteindront le Fenouillèdes par celle du Pas de Paziols. Le chemin de Saint Louis n'était pas praticable par les attelages de transport d'artillerie. Sauf à y affecter 500 pionniers pour une journée, d'après la Relation produite par un officier émissaire du roi. Les autres voies d'accès étaient soit de moindre intérêt stratégique, soit plus difficiles par leur étroitesse et leurs virages inadaptés.


1631 : Épidémie de peste.


22/07/1632 : États généraux du Languedoc à Pézenas. Les États étaient déchargés par la royauté du recouvrement des impôts. Séance au cours de laquelle Henri II de Montmorency seigneur piscénois et gouverneur du Languedoc entre en rébellion contre Richelieu. Le duc tente d'obtenir à son avantage l'indépendance de la province. Alet et le bourg de Carcassonne y adhèrent. Mais pas les protestants soucieux de leurs libertés religieuses ni les principales villes. le parlement de Toulouse s'y opposa.

  • Pézenas accueillit 44 sessions des Etats du Languedoc de 1456 à 1692, elles pouvaient s'étirer sur un mois.

 

01/09/1632 : Bataille de Castelnaudary où son armée est écrasée par celle de Louis XIII, dirigée par le duc d'Halwin. Le gouverneur du Languedoc avec l'appui de l'Espagne, du duc d'Orléans (Gaston frère de Louis XIII) et de Marie de Médecis menait la révolte des Huguenots. Henri II sera décapité au capitole de Toulouse devant Louis XIII et Richelieu le 30 octobre.

11/10/1632 : Sur ordre du roi, Henri Montsarrat du Vivier restitue des renforts que les espagnols avaient tenté d'envoyer à Montmorency et qu'il retenait à Puilaurens.

26/10/1632 : Le duc d'Halwin promu gouverneur et lieutenant général du Languedoc. Il fit construire une redoute au col de Saint Louis sur le chemin de l'étape, il s'agit du château dit des Maures. Ce vocable désigne d'ordinaire des vestiges proto-historiques. Ce qui parait étonnant, appliqué à un fort du XVIIe. Annie de Pous le date de la fin du Xe siècle.Et si tout simplement l'usage avait transposé le toponyme originel sur la nouvelle construction ?

 


1636 : La France déclare la guerre à l'Espagne. Les espagnols prennent et démantèlent Peyrepertuse, Puilaurens qui jusques là avait résisté à leurs attaques, sa garnison était en déplacement à Leucate.  Don Felipe Da Silva  met la citadelle royale de Fenouillet dans son état actuel. Latour est assiégée, un régiment ennemi est en " Résidence " à Estagel. Henri IV avait fait relever Fenouillet de ses ruines à l'issue des guerres de religion.

Les français occupent le Roussillon.

Droit de dépaissance (pâturage) dans les forêts du Vivier, Aussières, Salvanère pour les troupeaux de Rabouillet, soumis à une redevance de 12 setiers d'avoine. Il pourrait s'agir de la reconduction d'un droit d'usage acquis en 1589, procès entre les Castanier d'Auriac et la communauté de Rabouillet . Aussières et Salvanère près de la paroisse de Montfort sur Boulzane étaient sur la voie " royale " des transhumants en provenance ou à destination de l'abbaye de Fontfroide, du Roussillon et du Languedoc, ce sont des dizaines de milliers d'ovins qui parcouraient les lieux en juin ou au retour de l'Ariège en octobre.


26/09/1637 : Le duc d'Halwin gouverneur du Languedoc arrête les espagnols à Leucate à la bataille du fort de Cerbelonne, ce bastion ( A ne pas confondre avec le castrum ) avec quatre autres gardait le nord du plateau aux lieux dits La Gardiole, Les Champs Longs.. Promus maréchal sous le nom de Schomberg. Il était appuyé par Henri Montsarrat du Vivier. Schomberg était natif de Heidelberg et protestant. Le susdit siège durait depuis le 02 septembre.


1638 : Pratz : Comprenez Prats de Sournia. Assassinat en la maison presbytérale du vicaire Messire Cantegrel. On lui brûla tous ses papiers et sa dépouille fut incinérée au four à chaux. L'identité des criminels n'est pas connue ni leurs motivations. Quelques temps après ce supplice les troupeaux furent décimés par une épizootie. Les bergers persuadés d'être en présence d'un mauvais sort posthume, firent ériger à l'occasion d'une mission, une grande croix en bois visible de tous les pacages alentours.

histoireetrando-prats-de-sournia.fr, pour plus d'informations.

 


17/ 05/1639 : Dénombrement de François de Montesquieu pour La Tour de France et Planèzes.


1639 : Au cours de l'été, en pénétrant par la haute vallée de l'Aude offensive de Schomberg sur Estagel, Salses,  Tautavel, Salvaterra à  Opoul qui passe aux mains des français sans résistance. Contre attaque du vice roi d'Espagne jusques dans le Termenés. Repli de Schomberg. Nouvel échec à la Toussaint. Estagel pris par Guillaume du Vivier, Tautavel par son père au prix de la destruction du château. Le prince de Condé et Schomberg enlèvent Salses le 19 juillet.


06/01/1640 : Perte du Roussillon et de Salses après un long siège. Les espagnols furent avantagés par le nombre et une inondation. Ils ravagèrent la haute vallée de l'Aude et le pays de Sault. Ils reprirent Latour de France qui aurait été  rendue inhabitable pendant des années, Cassagnes incendié. Après les Cassanhols revenons en aux Tourils lesquels se comptaient dans  228 feux en 1693, ils n'ont pas du s'enfuir bien loin en 1637 et 1640.

La légende des fêtes somptueuses au château, transmise depuis des siècles aux fillettes par les ménines de Le Vivier (Doyennes au sens familial ) aurait-elle une racine historique en 1640 ? Le séjour du prince de Condé et du maréchal de Schomberg y fut célébré.

Comment raconter le Fenolhedés sans citer J.Armagnac, cauderienc connu pour sa très grande culture historique. Voici une synthèse de sa version du siège de Perpignan par Louis XIII. Publiée en 1928 dans le Messager de Notre Dame de Laval. Les lignes ci-dessus sont aussi de cet érudit.

19/07/1639 Schomberg s'empare de Salses. Mais les espagnols l'assiègent avec des forces considérables et parviennent à le reprendre le 06.01.1640.

07/1641 Huit mille fantassins et mille cavaliers envoyés par Richelieu cernent Perpignan.

22/04/1642 Richelieu à Perpignan jusqu'au 10 juin.

09/09/1642 Les espagnols abandonnent à jamais Perpignan.

 


06/1641 : Schomberg assiège Perpignan qui capitule le 9 septembre suivi de Salses le 29.

19/09/1641 : Traité de Péronne : Fait de Louis XIII le comte de Barcelone, Cerdagne, Roussillon. Il fut appelé par le président de la Généralitat en janvier. Ce dernier avait rompu avec Madrid et subit une offensive de Philippe IV roi d'Espagne. Les catalans n'acceptaient pas de devoir se battre pour Madrid.

11/1641 : Louis XIII basé à Saint Estève fait le siège de Perpignan, aux mains des castillans. L'état major du maréchal de la Meleraye était installé à l'actuel quartier de la Porte d'Espagne, 18 800 fantassins et 4000 cavaliers affament la ville pendant 6 mois.


06 1642 : Dorénavant le Fenouillèdes est partie intégrante de sénéchaussée de Limoux, extraite de celle de Carcassonne, les Etats de Pézenas s'y opposèrent. Ce mode de fonctionnement de la justice sera dissout et réorganisé en Grands Baillages en 1788, le Fenouillèdes dépendait de celui de Carcassonne.

09/12/ 1642 : Occupation française totale jusqu'à Barcelone. Louis XIII enlève Perpignan.


14/05/1643 : Mort de Louis XIII. Louis Dieudonné quatre ans est fait roi Louis XIV. La tradition monarchique exigeant que le fils succède instantanément à son père, quelque soit son âge. Son règne dura jusqu'au 1er septembre 1715.


03/07/1644 : Henri Montsarrat du Vivier rend hommage au roi pour ses possessions à Le Caunil, Gincla, Puilaurens et Salvezines.


1649 - 1653 : Épidémies de peste causant vraisemblablement des milliers de morts en Fenouillèdes.


1652 : Philippe IV reprend Barcelone. L'armée française se replie en Roussillon.


1653 : L'évêque d'Alet refuse d'ouvrir les portes de sa ville aux troupes du comte d'Harcourt, qui vont s'installer à Saint Paul. Intervention de Monseigneur Pavillon suite aux dégâts génères.


1659 : Turenne écrase l'Espagne près de Dunkerque.

07/11/1659 : Fontarabie: Ile des faisans sur la Bidassoa.

Traité des Pyrénées : Mazarin réintègre définitivement le Roussillon dans le giron de la France. le Capcir, une partie de la Cerdagne sans Llivia, le Conflent et le Vallespir. Ces anciens comtés carolingiens sont ainsi libérés de 500 ans  d'occupations ibériques. Les troupes françaises " Occupaient " déjà le Roussillon depuis plus de 20 ans. La tournure courante Mazarin annexe le Roussillon est impropre sinon négativiste au regard de la sécession du XIIe siècle, voir en 1150 et en 1172.

Cartes commentées : Sordones, Septimanie, Traité des Pyrénées...sur axl.cefan.ulaval.ca/monde/catalan

 


1660 : Publication de la carte de Nicolas Sanson dit d' Abbeville, concernant le Fenolhedés y figurent uniquement et tels que écrits ci dessous :

- Artigues, Axat, Bugarach, Camp, Caraman, Caudies, Pesilla, Peyrepertus, Prat lon by = Pla Llouby sur les hauteurs de Rabouillet.

- Puech Laurent = Puilaurens, Queribus, St Paul des Fenouillèdes et les principales rivières. voir note Agly en complément.


09/06/1660  Retour du Roussillon à la France : Conclu à Saint Jean de Luz par le mariage de l'Infante d'Espagne, la fille de Philippe IV, Marie Thérèse d'Autriche avec Louis XIV Lequel en contradiction avec ses promesses solennelles étendra dès janvier 1662 la gabelle au Roussillon. Ce qui va générer des révoltes, les pillages des Miquelets = la milice de Miquel, à interpréter au sens de bandits catalans ( Angelets, mercenaires, trabucaîres ), l'armée du maréchal Schomberg comprenait des miquelets francais, c'est là un terme militaire.

D'ordinaire les gabelous étaient recrutés chez les languedociens les plus proches, les gabachs... Les catalans du nord ont du l'avoir mauvaise à double titre. Voir l'article consacré aux gabachs. Les gabelous agents de la Ferme du Roi dite la foraine = Administration des douanes n'avaient pas le statut de fonctionnaires royaux. Des traites ou droits de passage étaient prélevés aussi entre les provinces, soit en entrée et sortie du Roussillon. Un procureur des gabelles et un receveur étaient en poste à Latour de France, Montfort, St Paul, Sournia. Par déduction ces localités frontalières devaient avoir une brigade de " douaniers " à l'image de celle de Caramany.

Les garnisons de Quéribus et de Peyrepertuse sont maintenues jusqu'à la Révolution de 1789. Celle de Puilaurens est réduite à des mortes-payes (vétérans).

Démantèlement à l'explosif du château de Tautavel, A.de Pous, en 1658 selon la version René Quehen. Des auteurs tout autant éminents situent cette mise hors d'usage sous Louis XI. A moins qu'il l'ait été répétitivement ? En 1661 les Etats demandèrent la démolition de forteresses devenues inutiles dont celle de Leucate.

 


1669 : Après visite des forêts de Salvanère et d'En Malo, le procureur du roi signifie à Henri du Vivier de produire ses titres de propriété ou d'usage. A défaut de s'en désister au profit du roi. Ces titres furent produits mais il dut payer 200 livres d'amende pour les bois enlevés dans la forêt d'En Malo appartenant à Sa Majesté.


1671 : Installation à Quillan d'une maîtrise des eaux et forêts. Elle comprenait un procureur du roi, un maître particulier, un lieutenant de maîtrise, un garde marteau. Les officiers du roi prélevaient un droit de passage sur le bois de construction et celui à brûler à leur mise à l'eau au port. Il était implanté à hauteur du cimetière. Douillettement nichés dans le confort du troisième millénaire, peut - on correctement évaluer au prix de quels efforts démentiels des troncs de quarante à cinquante mètres étaient acheminés depuis des montagnes vertigineuses sur des dizaines de kilomètres de chemins muletiers. Autres informations et liens en 1228 et en 1719.


1681 : Colbert réorganise l'administration des Fermes du Roi en Ferme Générale. Il tenta de supprimer divers droits de passage d'une province à l'autre , mais celle du Roussillon s'y refusa.


1684 : Monseigneur De Valbelle réactive le droit de leude. Une taxe de péage sur les marchandises rentrant dans la paroisse, dans la seigneurie. Les esclaves et les juifs y étaient soumis.


18/10/1685 : Révocation de l'Edit de Nantes. Louis XIV interdit aux protestants d'émigrer sous peine de galères sauf aux pasteurs ayant refusé de se convertir. Les calvinistes entrent dans le désert, il s'agissait de pratiquer sans risquer les persécutions.


10/10/1691 : Edit de Louis XIV créant des offices d'emplois honorifiques et rémunérateurs, maire perpétuel, conseiller politique, répartiteur des impositions ... A Caudiès un marchand, Henri Pepratx, acquit pour 3100 livres l'office de maire perpétuel. Puis ceux d'Alet et de Sournia.
Les caisses du royaume étant exsangues, il faillait les regarnir rapidement.

 

1692-1694 : Au niveau national les pertes humaines, conséquences conjuguées de la faim, de la maladie, des épidémies ont fait en deux ans autant de morts que la guerre de 1914-1918 dans une France de 20 millions d'habitants. Tout le règne de Louis XIV n'a été que guerres.


1696 : Craignant de devoir supporter de nouvelles impositions déjà exorbitantes en rapport à l'état de misère de la contrée. Les consuls de Caudiès lancent un appel auprès des communautés du Fenouillèdes pour une action groupée contre la décision de l'assiette, qui avait ordonné de faire procéder à une révision des taillables. Assorti d'entraves administratives à l'encontre du syndic et des experts en charge des vérifications ...
Mais le syndic obtint arrêt en sa faveur.
L'assiette diocésaine répartissait entre les paroisses le montant de la taille fixé par les États de la province du Languedoc.

Des impositions odieuses jointes à une succession de calamités vont induire sur l'ensemble du Languedoc un abandon de terres considérable avec un pic de gravité couvrant le dernier quart de ce siècle et le premier de celui à venir. Les nobles aussi s'en dessaisissent.


11/1696 : Édit de Louis XIV réformant le système héraldique. Création de l'Armorial Général, des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés. Plus connu comme étant "Armorial de Charles d'Hozier. Du nom d'un ancien juge d'armes promu garde de cet armorial. Toute corporation ou personne portant des armoiries se voit obligée de les faire inscrire à l'armorial dans les deux mois et moyennant un droit d'enregistrement. Sous peine de 300 livres d'amende voire de confiscation des biens.


10/05/1697 : Alexandre du Vivier de Lansac redevable de prés de 9 000 livres aux époux de Boisanbert pour partie d'achat du régiment de Languedoc, en fit transport sur Pierre Gironne fermier de la forêt de Salvanère.

01/09/1697 : Les habitants de Montfort reconnurent devant maître Guérin notaire à Saint Paul de Fenouillet à Alexandre du Vivier qu'il possédait noblement le château, les forges, les moulins, les tuileries, les forêts de Salvanére et du bac de L'orry. En vertu de reconnaissances passées en 1616.


1699 : Les fenouilletins demandent la séparation de leur territoire de celui de Caudiès.


 

  • L'administration sous l'Ancien Régime.
  • Cartes : Guerre de 30 ans - Traité des Pyrénées, axl.cefan.ulaval.ca/monde/catalan
  • XVII et XVIII  siècles : Très intense activité dans les forêts royales et sur l'Aude où les trains de bois se suivent. Livraison de Quillan à Narbonne en trois jours.

Quelques archevêques de Narbonne :
  • Vers 1265     : Maurin Ier. Décédé en 1272.
  • 1290 - 1311 : Gilles Ancelin de Montaigu.
  • 1347 - 1375 : Vers... Pierre de la Jugée ou de la Jugie.
  • 1375 - 1391 : Jean Roger de Beaufort.
  • 1391 - 1433 : François de Conzié.
  • 1433 - ?      : Jean d'Harcourt.
  • 1507 - 1514 : Son éminence Guillaume cardinal de Briçonnet dit cardinal de Saint Malo, également lieutenant général du roi.
  • 1524 - 1550 : Son éminence le cardinal Jean de Lorraine, l'un des plus intimes favoris de François Ier.
  • Vers 1620     : Louis de Vervins.
  • Vers 1660     : François Fouquet.
  • 1587 - 1659 : Claude de Rebé.
  • 1673 - 1703 : Pierre de Bonzi.
  • 1704 - 1719 : Charles le Goux de la Berchère.
  • 1719 - ?      : René de Beauvan.
  • Jusqu'à monseigneur Dillon 1762 - 1801 wikipedia.org/wiki/Liste-des-archevêques-de-Narbonne

 

 



Mise à jour le Mercredi, 31 Août 2016 15:44