Le Fenouillèdes du Vè au XIIIè siècle - - XIe siècle

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Le Fenouillèdes du Vè au XIIIè siècle
- VIIIe siècle
- IXe siècle
- Xe siècle
- XIe siècle
- XIIe siècle
Toutes les pages

 

- XIe siècle -

 

 

  • Rappel introduction : Diverses assertions ci-dessus et suivantes sont susceptibles d'être frelatées par les historiens catalans, sans pouvoir déterminer lesquelles.
  • XIe au XIIIe siècle troubadours occitans.
  • Un particularisme occitan, une très large majorité de paysans sont propriétaires. Lors de la succession il n'y avait pas de partage, le droit d'aînesse prévalait sauf exceptions géographiques. Ce cadre à tenu jusqu'à la croisade des barons du nord. En Roussillon, pas de serfs. L'esclavage y est commun, les templiers y ont recours comme en Occitanie.
  • XIe au XIIe siècle Art roman.

 

Le Fenouillèdes se hérisse de fortifications. Mis à part les guerres entre comtes ou évêques, la menace mauresque est très inquiétante. Il faut prévenir les pénétrations par voie maritime et terrestre.Fondation des castras et castelnaux, noyaux d'habitat fortement agglomérés et dominés par un château selon la définition de Baudrel en citant Prats. Il n'en subsiste qu'une imposante tour à signaux, appartenant au réseau des farahons communiquant avec le château comtal de Castenou. Le dénombrement de 1503 révèle que François de Peyrepertuse, un des enfants de Gaston de Peyrepertuse né de Bruyéres (Chalabre) tient le château de Prats c'est l'unique mention que nous en connaissons.  Depuis toute trace au sol en a disparu, de même dans la mémoire collective des pratséens, hormis la désignation du haut du village :  Lo Castèl. D'où des controverses quand à son lieu d'implantation et à sa réalité historique.

D'autres auteurs situent la période des Castras à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle.

Ce sont les débuts de la seigneurie banale. Les communautés sont soumises au violences des chefs locaux, les premiers seigneurs. Les paysans tombent dans le servage, dans la peur du seigneur comme de celle du diable. Certains de ces seigneurs étaient initialement des châtelains choisis par le comte, avant de s'accaparer les biens dont ils avaient la garde, cela aurait été le cas à Peyrepertuse.

Ci-dessus il est question de Prats de Sournia déterminant instauré en 1933 pour cause d'homonymies et source fréquente de méprise quant à son origine. Prats n'est pas et ne fut jamais un écart de Sournia. Paradoxalement Prats de Rabouillet eut été plus logique, l'amitié entre ces deux villages est scellée dans quatre siècles de seigneurie commune. Se reporter à Baronnie transfrontallére.Dans le même registre on s'étonnera de Centernach devenu Saint Arnac et de Pezilla de Conflent (depuis 1933), en plein Fenouillèdes ? Autrefois Pesilanet. Conflent, corruption de confluent peut-être une référence aux nombreux recs qui dévalant de Prats rejoignent la Désix aux abords immédiats du village. La plupart des auteurs font un amalgame entre Conflent et le confluent de la Matassa. Mais il se situe aux Albas à quatre kilomètres en aval sur le territoire de Feilluns ?Il faut hélas une fois de plus émettre la remarque suivante. Les interprétations ci-dessus ressemblent étrangement à des délires de pseudos  -historiens, suivis des plagiats habituels sans volonté de vérification. Ont ils eu celle d'enquêter sur place ?Sur place donc il est mis en avant, une référence à l'appartenance historique vers 863 à 1258. Au temps ou les moines de St Michel de Cuxa y produisaient leur vin. Mais alors pourquoi pas Pézilla de Cuxa ?

Voir à Géologie, paragraphe vallée de la Désix.


Depuis l'époque romaine et plus particulièrement à la fin du Xe siècle jusqu'au XIIe, famines et épidémies innombrables. Au point de contribuer à la crainte de fin du monde pour l'an 1000.


Vers 1000 : Sur nomination du comte Bernard, Pierre 1er est vicomte de Fenolhet, il serait  fils d'un seigneur de Camélas, les prénoms sont identiques dans les deux familles. La famille de Fenolhet ne tombera que suite à la Croisade contre les Albigeois et le traité de Corbeil, comme sa branche de Peyrepertuse. Pierre 1er fit construire le château Saint Pierre d'après le monastère dédié à ce saint, fondé par "Taillefer" à Fenollet en 1010.

25/03/1000 : Acte d'union à Cuxa du monastère de Saint Paul afin de mettre un terme au relâchement de la vie monacale. La bulle de Serge IV de 1011 correspondrait plutôt à la dotation de cet établissement St Paulais. Pierre de Fenouillet et Arnaud y sont témoins, sans être cités avec le titre de vicomtes.


1001 : Première mention de Séquere : Saccaria.


1002 : Premier texte écrit en Occitan.


1003 : Donation de guillaume Arnaud de Fenouillet à l'abbaye de St Martin Lys.


1010 : Charte de Bernard Taillefer pour la conversion en prieuré de l'église de Pétra Lata (Lapradelle), dépendance de l'abbaye de St Martin Lys. Ce monastère fut fondé au IXè siècle. Philippe Coquin conteste le lien Lapradelle- Pétralata en citant Lluis Basseda qui nomme L'église de Peyralade Sancti Pétri in Pétralata.


1011 : Bulle de Serge IV qui fait mention d'alleux concédés à St Michel de Cuxa ? Par le comte de Bésalu, Bernard dit Taillefer. Y apparaissent sans exhaustive :

-  Prugnanes : Ecclesia Sancti Martini In villa Prinianas. Définition de villa en 782.

-  Prats de Sournia : In villa pratis.

-  Cabannas : Cabanes de Fosse.

-  Castrum de Puilaurens : Castrum etiam Sancti Laurentii.

-  Eglise Sainte Félicité à Sournia, In Castellione. Celles de Saint Just de Corbos et de Coumo Caude, chacune non loin de Sournia...

- L'alleu de Triliano soit la première mention de Trilla.

- N.D de Laval, Caldarius (Caudies),

- Étymologies de Caldarius : De calidus, chaud, du fait de la proximité d'une source thermale, caldarius signifierait chaudron, marmite en référence aux marmites d'érosion de la Boulzane, la pairola de Golhens. Un chaudron est représenté sur les armoiries de Caudiès* ou Cauderia et ses variantes. Pour ceux qui ne sont pas occitans : Pairol ou pairola sont des formes diminutives de paire, visant à éviter la confusion avec le sens premier qui est père. Le pairol c'est  le chaudron et la pairola la marmite. * Et sur celles de Saint Laurent d'Arsa à Sournia.

- Sequere. Ce sera du XIIe au XVIIIe siècle une étape des moines cisterciens de Fontfroide à l'occasion des transhumances à destination de Mantet.

Cases de Pêne : Première citation du castellum Penna. Il semblerait que le castrum (village fortifié) était détruit en 1263. A cette date le village avait été déplace sur la rive gauche. Son territoire fut rattache au prieuré Augustin de Sainte Marie d'Espira en 1267 (G.Bile) L'ermitage du XIVe siècle occupe la chapelle castrale. Cases de Pène fut détaché du  Perapertusés bien avant Vingrau et Tautavel. Hommage prêté à Jacques 1er le Conquérant en 1244.

- Vira

 


1012 : Donation de "Taillefer"  à son fils Guillem " le Gras " des châteaux de Tautavel, Cases de Pène et du village de Vingrau, alors compris dans le Perapertusés. "Taillefer" cède tous ses droits à Saint Michel de Cuxa sur l'intégralité de la vallée de la Boulzane, avec Aigues bonnes.

- Première mention de Ansignan, Villa Ansiniano (L Basséda).


1017 : Première mention de Lansac, Olonzach dans un écrit relatif à l'église St Just, sise dans le village. A priori depuis ce dernier a été reconstruit au bas de la colline.

-  Fondation de l’évêché de Bésalu, les vicomtes Arnaud et Pierre de Fenouillet sont cités.


1018 :  Bernard " Taillefer"  donne à sa fille Garsinde, les revenus de Peyrepertuse et de Quéribus en dot de son mariage avec Béranger ou Berenguier duc et vicomte de Narbonne. Revenus ou domaine utile transmissible aux vicomtes à venir. Ceux de Narbonne jouissaient de droits similaires à ceux d'un comte depuis le partage de vers 865.


1019 : Premier mention du castrum de Peyrepertuse et de son église, éclesia Sanctae Marie de Petrapertusa. L' emplacement exact du castrum ne serait pas pas déterminé?


1020 : Première mention connue du château d'Aguilar, en tant que propriété du comte de Fenouillèdes; Du château  de Fenolhet et d'un castrum à Quéribus ( Popia cherbucio ) dans le comté de Bésalu.

Bernard donne le Fenolhedés avec la Tour Triniago ( La Tour de France), le château de Peyrepertuse, l'abbaye de Cubières, les châteaux de Quéribus et Tautavel à son fils aîné Guillem , peu avant de se noyer dans le Rhône. L'acte mentionne que les deux derniers sont situés sur la frontière du Roussillon, celui de Tautavel en comté de Fenouillèdes. Cette " Frontière " serait - elle  la limite communale de Tautavel avec Cases de Pène et Espira de l'Agly curieusement fixée sur  le bas du versant sud de la ligne de crêtes ?

- A son fils Hug l'alleu de Campo Ursino, c'est à dire Campoussy, Cassanias (Cassagnes) et Casal Adroario ( Caladroi ).

- A sa fille Adaliz, l'alleu de Olokag, si vous préférez : Lansac.

A. De Pous cite deux dates, 1012 et 1020 pour Cases de Pène, Tautavel et Vingrau.

- Au monastère de Saint Michel de Cuxa, l'alleu de Tavernulas. Aujourd'hui disparu et qui se situait à l'entrée sud de Sournia. Saint Barthélémy de Jonquerolles figure sur ce manuscrit.


Alleu : Terre de libre et pleine propriété généralement attribuée à titre héréditaire, exemptée d'hommage de certaines redevances dont le cens (loyer),  par les comtes Francs à quelque vassal méritant. Charge à ce dernier d'assurer la sécurité de la frontière proche.


1022 : Excommunication du comte de Bésalu, Guillem "Le gras" pour avoir dépouillé plusieurs monastères dont Saint Martin Lys. La crainte de la fin du monde en l'an 1000 s'étant dissipée. Mais la peur du diable est subtilement entretenue par les ecclésiastiques. Des seigneurs furent tentés de reprendre par la force les biens offerts à l'église. Baudrel situe la ruine de l'abbaye de Saint Martin en 1070.

On doit à Robert le Pieux  le 1er bûcher cathare à Orléans. Douze chanoines des plus instruits de la cathédrale périrent par les flammes. En ces temps obscurs une simple raillerie du culte établi ou de l'adoration des reliques relevait de l'épuration ethnique. Mais le catharisme trouvera son essor dans le terreau de la dépravation durable de l'église chrétienne.

 


1023 : Mention de Palmes dans une donation à Saint Michel de Cuxa. Palmes en amont de Campoussy constituait un alleu avec Sachera. Graphie de Séquere au XIe siècle.

 


1026 : Première mention de Trévillach sous la graphie Trivilanum. La forme occitane Trevilhac apparaîtra au XVIIe siècle.


1027 : Première assemblée dite de Paix et de Trêve ou Trêve de Dieu à Toulouges. Réunissant les représentants du clergé, de la noblesse et des villes royales. Instaurée par Oliba, afin de mettre un terme aux violences seigneuriales le jour du seigneur. Les contrevenants encouraient les pires peines papales. Réitération de dispositions remontant à 419 et au au concile de Tolède de 681, l'inviolabilité de l'église, de son cimetière et des maisons qui y sont construites dans un rayon de trente pas. Ce sont les origines de l'habitat très densifié autour des églises. Les récoltes y étaient mises à l'abri des pillages, constitution de celliers ou " Celleras " en Roussillon.

 


1045 : Consécration de l'église de St Martin Lys venant d'être reconstruite, par Guifred évêque de Carcassonne.


1047 et 1068 : Plaids de Corneilla de Conflent: résolution provisoire d'un conflit opposant le Fenolhedés et le vicomte Udalgar 1er à Bernard II  comte de Cerdagne et fils de " Le Gras " Ce dernier aurait été comte du Fenouillèdes de 1070 à à 1095 d'après R. Quehen. Seulement jusques en 1070 selon A. de Pous.


1050 à 1141 : Les sauvetés : en réaction aux débordements de la féodalité, établissement sous l'égide de l'Eglise d'enclos ecclésiaux censés être inviolables. Voir en 1396 relativement à St Laurent de Sauveterre.

Développement de la seigneurie banale. Morcellement en un écheveau de droits nobles et ecclésiastiques fréquents sur un même village. La population était incluse comme le bétail dans les transmissions de biens entre seigneurs.


1052 à 1064 : Guillem II "Trimus" comte de Besalu, fils de " Le Gras " se marie à Stephania d'ou un fils, Bernard III comte de 1070 à 1111 ou de 1095 à 1111 ? Respectivement aux dires de A. de Pous et de R. Quehen.


16/07/1054 : Scission définitive de l'église Catholique romaine, de l'orthodoxie chrétienne byzantine. Conflit larvé depuis le VIII siècle. Gaufroy archevêque de Narbonne.


1067 : Disparition sans descendance de Roger III comte de Carcassonne et du Razés. Le rang de Roger est soumis à des fluctuations...

Le 6 des nones c'est à dire le 02 mars, vente du comté de Rhedae, le comitatus Rhedensis au comte de Barcelone Raimond Béranger II. Ce qui englobe le Fenolhedés, le Donezan, le pays de Sault, le Termenés et le pays de Peyrepertuse moyennant 1100 onces d'or. Ramon Bérenger le restitue en tant que fief à Trencavel qu'il institue vicomte et de fait son vassal. Ailleurs il figure à la même date que Raymond Bernard Trencavel en hérite par son épouse Ernengarde la sœur du défunt, entre autres variantes...Udalgar Ier de Fenouillet est témoin de la succession.


1070 : Bernard III comte de Bésalu unit l'abbaye bénédictine  de Saint Martin lys à celle clunisienne de Saint Pons de Thomières, Udalgar et son fils y sont témoins. La règle s'était trop relâchée à Saint Martin, descendu au rang de prieuré. Dépouillé la même année par les seigneurs.Selon le récit  dépouillé est remplacé par ruiné, ce qui porte à confusion.

- Première mention du château de Peyrepertuse.

- Selon un acte le Fenouillèdes est dit situé en comté de Vallespir. Cela étant de nos jours il est étiqueté Catalan ( Sic ) par les historiens.

-  Raymond Béranger II finalise son absorption du comté de Carcassonne.

-  Hommages prêtés à Bernard III par Petrus Udalgarius vicecomite fenoliotensis, Arnald Guillem et son frêre Guillem Pétri vicecomes Foliotensis pour les castrums de Tautavel, Popia à Soulatge, Radigsive = Rasiguères ( Château de Trémoines ? ) Petra pertusa, Kerboc =Quéribus, Fenouillet, Penna = Cases de Pène, l'abbaye de St Paul et la villa Maury, la torre de Triniach, Ruffian = Rouffiac, Cugunianno = Cucugnan. Le vicomte de Narbonne rend aussi hommage à Bernard III pour le Fenouillèdes - Peyrepertusés.

 


 

Vers 1073-1078 : Acte d'évacuation des abbayes de Saint Martin Lys, de St Paul, de l'église et de la villa Maury par Pierre Uldager II ( Uldargar ) vicomte du Fenouillèdes ( Vicecomes Fenolietensis ), adressé à son seigneur le comte Bernard III, petit fils de Taillefer. Logiquement cette procédure précède la dite union de 1070. Le vicomte de Fenolhet renonce aux revenus qu'il y percevait.Il en fit de même à propos de l'abbaye de St Paul rattachée à celle de Moissac. Comme les privilèges d'exemption, cette restructuration avait pour objet de protéger de toute influence des évêques et des seigneurs laïcs, en les plaçant sous l'autorité directe du Vatican.


1073 : Raymond de Peyrepertuse unit l'abbaye de Cubières à celle de Moissac. Elle même relève de Cluny. Motivé par sa décadence et avec l'accord du comte de Bésalu et de l'archevêque de Narbonne.


1074 : Le château de Fenolhet est de ceux remis en gage au comte d'Empories pour le respect des clauses d'une convention ratifiée en 1085.


1083 : Bernard Aton profitant de la minorité du comte de Barcelone, usurpe les comtés vendus par sa mère Ermengarde, il reprend la cité à Carcassonne.

  • Sous Bernard Aton édification du château comtal de la cité de Carcassonne. Renforcement des forteresses du Razés au Termenés ( 1080 - 1130 ). Une seconde ligne de défense s'arme d'ouest en Est à :  Puilaurens, Fenouillet, Camps, Peyrepertuse, Padern, Molhet, Quéribus, Tautavel, Opoul ...

1085 :Première mention de Caramany. Voir en 1307.


27/11/1095 : Concile de Clermont. Urbain II préche la première croisade, libératoire des lieux saints. Laquelle le 15 août de l'année suivante partira du Puy en Velay et de Toulouse. Avec à sa tète le comte Raimond IV de Toulouse dit de Saint Gilles.

-   Le premier à arborer la croix Occitane ou Raimondine. A en croire la légende et avec le socle réel que cela implique. Voir en 412. Héritée de celles des églises byzantine et copte d'Alexandrie. Connue sur les possessions des comtes de Toulouse bien avant la croisade.

-  Depuis 1046 de St Gilles est duc de Narbonne, charge transmise à ses descendants.


18/06/1096 : Urbain II à Alet. Il serait passé à N.D de Laval.


 

 

  • A la fin du XIe une langue unique était en usage de Barcelone à Perpignan en passant par le Fenouillèdes, c'était le Catalan !

 

Aux dires d'un célèbre linguiste des environs de Perpignan au XIXe. Seul un enseignement à retenir, l'Amour immodéré de son Pays, joue parfois de mauvais tours. Ce serait comique si de telles allégations ne faisaient pas référence pour la propagande émise depuis les milieux que cela avantage. Je vous propose d'autres sources vous permettant de sortir du lavage de cerveau, en s'adressant tout particulièrement aux habitants des Pyrénées Orientales. De nos jours en Fenolhedés chacun sait que au pied du Canigou, on ne s'exprime point en catalan mais selon un dialecte occitano - catalan autrement dit. Le roussillonnais. C'est à dire que l'occitan est dominant, on a vu que le catalan a commencé à partir des années 900 à se différencier de la langue d'oc dont il émane. Une réalité généralement méconnue des principaux intéressés, à mieux divulguer. Du pareil au même lire C. Camps, professeur de catalan à l'université de Perpignan, dans l'encyclopédie Bonneton Pyrénées - Orientales Roussillon. Ou encore Liens entre l'occitan et le catalan. Un retour utile en pages d'accueil et sur l'article Toponymes occitans en terre catalane.



 

 

  • Dans les dernières lueurs du XIe siècle, les Maures auraient durement sévi en Conflent. Jean Abélanet cite un historien du XV siècle qui en fait la légende fondatrice de Saint Martin du Canigou, en remarquant que les dates ne sont pas en adéquation. L'abbaye selon les ouvrages à été soit construite, soit consacrée en 1001 ou 1007. L'épisode mauresque se serait déroulé en 1035. Une variante ou une adaptation situe la tragédie sous le pontificat de Serge IV 1009-1012, toujours à St Martin d'Envalls sur le chemin de Angoustrine aux Bouillouses.

 

 



Mise à jour le Dimanche, 15 Janvier 2017 19:33