Le Fenouillèdes du Vè au XIIIè siècle - - VIIIe siècle

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Le Fenouillèdes du Vè au XIIIè siècle
- VIIIe siècle
- IXe siècle
- Xe siècle
- XIe siècle
- XIIe siècle
Toutes les pages

 

- VIIIe siècle -


11/ 07/711 Bataille du Rio Barbate à Cadix : Moins de 3 mois après avoir franchi le détroit de Gibraltar les Musulmans avec l'appui des ariens sont vainqueurs face à Rodéric ou Rodrigue le dernier roi wisigothique de Tolède. Ils auraient été appelés par le gouverneur de Septimanie pour le renverser. Ils franchissent les Pyrénées en 719.

Incursions en Fenouillèdes, occupations, massacres, razzias, prises d'esclaves jusqu'en 797. De coutume le Fenouillèdes s'avère être mis un peu vite à l'écart, en voici probablement un exemple; Des auteurs affirment que les mauresques ne s'y sont pas aventurés, partout autour sauf ici ( Comme le nuage de Tchernobyl arrêté à la frontière ! ). Mais avatars des mémoires ou pas les toponymes en Gardiole*,  Maure et Sarrazis n'y sont pas absents, en faisant abstraction des mégalithes. A Prats de Sournia une légende rapporte que deux seigneurs au nom à la consonance de cette origine, furent impitoyables avec les villageois ? A Castelfizel on raconte que la forteresse était une place forte des Sarrazis. Ils y auraient enfoui un trésor... * Voir au IX ème siècle.

Le rempart des sarrazis sur le roc de Moufri culminant à Galamus, n'a rien de cette époque. Ce sont plus sûrement des vestiges d'une occupation préhistorique. Tels le cimetière des Maures proche du prieuré de Serrabonne et celui qui domine le confluent du Verdouble. Le Roc du Maure à Tarérach ou celui de Trévillach. Des tessons d'amphores identifiés d'origine carthaginoise ont été découverts au rempart des Sarrazis. Quant au château des Maures du col de St Louis, bien que cette appellation soit disputée, rien ne démontre l'absence de liens avec les incursions islamiques.Une approche différente à la date 1632.

 


719 - 720 : Les sarrazis prennent Narbonne aux Wisigoths après un siège de 1 an, puis Carcassonne. Berbères épaulés de Syriens et de Yéménites, aux ordres de l'émir Al - Samh -  Ibn -  Màlik -  Al -  Hawlàniyy. Ces nouveaux conquérants se fixèrent surtout sur Narbonne et firent preuve d'une tolérance surprenante de nos jours (G.Frêche). Peut être une fois installés ? Car il se dit par ailleurs qu'ils transformèrent le pays en désert. Les habitants furent décimés, moururent de faim ou s'enfuirent affolés vers les montagnes. Plusieurs villages du littoral ayant été vidés de leur population mâle, prise comme esclave. Ces épouvantes sont passées dans le vocabulaire, on va y revenir rapidement. Mais l'Eglise se serait  ruée plus que de raison à l'encontre des musulmans en dramatisant à outrance la réalité historique. Suite à un renversement d'alliance les Arabes ont été sollicités pour lutter contre les Francs, ces brutes sanguinaires étaient le bras armé de Rome.

A lire : Dictionnaire topographique du département de l'Aude par l'abbé Sabarthès.

 

Sarrazis :  Phonétique à l'occitane de sarrasins dont l'écriture conventionnelle languedocienne est Tartarin. On a vu en pages Gabachs que Catalan est en occitan synonyme de Le Diable, Tartarin aussi toujours selon l'Alibert. Les premiers sarrasins font parler d'eux entre le Tigre et l'Euphrate au début de notre ère, les caravaniers ont eu à en souffrir,, ensuite ce seront des musulmans de l'ensemble du Moyen - Orient qui se coaliseront avec les Arabes et mèneront la guerre sainte en Europe.

Petit rappel d'histoire - géographie :  Synthétiquement parlant les Maures d'origine Berbère étaient surtout implantés en Maurétanie, dans l'actuel Maroc et tout l'Atlas intérieur jusqu'à la Libye hors zone climatique méditerranéenne. Les Berbères, désignation au sens générique, constituaient un panel d’ethnies hors les Maures, réparties dans tout le Sahara et l'Afrique du Nord jusqu'en Egypte.

.


726 : L'Emir Ambasa reprend Carcassonne grâce au ralliement de la noblesse arienne.

Tout le Languedoc* est occupé. Etre chrétien en ce temps là ne relevait pas du bon choix. La religion de Damas prévalait, le pays fut brièvement rattachée à ce califat. A Narbonne les cultes chrétien et israélite auraient été soumis à une redevance. *'Al -  Andalus.


17/10/732 : Charles Martel, le premier carolingien, arrête à Poitiers l'Émir de Cordoue Abd -  Al -  Rahman . Ce dernier au cours d'un raid en Aquitaine, venait de battre le duc Eudes à Bordeaux. Lequel ayant réussi à s'enfuir s'en alla requérir l'aide de son pire ennemi, Charles Martel. Quelques mois auparavant  Abd Al Rahman avait fait le siège de Llivia.  Eudes était le le gendre de Munnuza  wali de Narbonne, ce dernier assiégé à Llivia ( Actuelle enclave espagnole en Cerdagne française ) par Abn - Al - Rahman s'en serait échappé pour finalement se sacrifier du haut d'un promontoire dominant la Têt.

Mais les Sarrasins restent les maîtres de la Septimanie et de la côte du Rhône aux Pyrénées. Narbonne est leur camp de base d'où ils préparent leurs incursions en Aquitaine, Bourgogne...


736 et 737 : Bataille de Villefalse, rive opposée de La Berre face à l'oppidum de Sigean. Victoire de Charles Martel sur Ibn -  Chaled et l'émir Ocha. Mais il échouera au siège de Narbonne tenu par le wali*  Youssouf ou Yusuf /  coalition Mahometans-Chrétiens. Charles Martel aurait été contraint de lever le siège; l'hiver arrivant et  préoccupé par d'autres rebellions.  * Wali = Gouverneur d'une province.

Autrement dit, à la férocité des Sarrasins se superpose celle des Francs. Beaucoup ont regretté d'avoir  fait alliance avec ces sauvages dans le but de se débarrasser des musulmans. Pillages et viols n'étaient pas en contradiction avec la Croix. St Gontran  évoqué en fin de VIéme siècle en est le parfait exemple.

 


750 : Le prince Abd -  Al -  Rahman fut le seul rescapé du massacre de la dynastie des Califes Umayyades perpétré par les Abassides à Damas. Il fit construire la mosquée de Cordoue. Il en fut proclamé émir en 756.


751  Pépin III Le Bref élu roi des Francs : Les mérovingiens ou " Rois fainéants " au comble de la déliquescence, sont écartés du pouvoir par une famille noble d'Austrasie actuel Est de la France et de la future dynastie des carolingiens.


752 ou 759  Narbonne* : Pépin le Bref,  fils de Charles Martel, appelé à la rescousse par les Goths, soulevés contre les Maures, expulse ces derniers et incorpore la Septimanie dans l'empire Franc. Création de la Marche de Gothie (ex Septimanie) pour se prémunir des sarrasins. A la faveur d'un revirement des Goths qui avaient massacré la garnison ennemie, son fils Charlemagne reprend Narbonne à  Abd -  Al -  Rhaman et semble t-il Carcassonne.  *Le siège aurait duré 7 ans.

Les catholiques peuvent à nouveau pratiquer leur culte.


777 : Sulayman wali de Barcelone et d'autres chefs Musulmans sollicitent le soutien de Charlemagne. En échange de la promesse de lui livrer le nord de la péninsule.


778 : échecs de l'expédition Barcelone-Saragosse et de Roncevaux.

D'où la vague des réfugiés Hispanis, chrétiens fuyant la religion de Cordoue et la répression engendrée par les susdites défaites. Émigration prolongée jusqu'à la fin du IX siècle. Aprision crée par Charlemagne au profit de ces émigrants, c'est à dire attribution de terres avec en contrepartie l'obligation d'assurer un service de protection armée face à l'ennemi au Croissant. C'était autant un moyen de repeupler le Fenouillèdes sans exclusive. Toute personne valorisant des terres incultes en devenait propriétaire au bout de 30 ans.

Ce serait consécutivement à la mort du comte Roland, dans une embuscade tendue par les vascons, des basques du parti des sarrasins, que Charlemagne aurait militairement réorganisé la région, en créant la Marche d'Espagne. Elle correspondait à l'actuelle Catalogne espagnole, soit au sud des Pyrénées et donc de la Septimanie. Selon l'analyse de René Quehen le Fenouillèdes dépend déjà du royaume d'Aquitaine, conçu par Charlemagne pour son fils Louis 1er Le Pieux, alias Louis  le Débonnaire de 781 à son couronnement à Rome jusques vers 882. Le Pieux est né en 778. Nous allons revenir sur ce sujet jusques en 863...

Charlemagne accorde une charte de protection à l'abbaye de Lagrasse, fondée de fraîche date par Nefridius ou Nimphridius, le premier archevêque de Narbonne. Elle connaîtra un rayonnement immense. Ses domaines vont s'étendre jusques en vue de Saint Michel de Cuxa. Une autre date circule, selon une charte dite de la fondation, datée de 799, aux archives de l'Aude ?

Les hispanis ont introduit une pléiade de saints dont : Assiscle, Colombe,  Cucuphat, Dorothée,  Eulalie, Fructueux, Just et Pasteur,  Juste,  Lèocadie, Ruffine,  Victoire,  Vincent... Ramenés d'Andalousie, Aragon, Castille, Estrémadure... Hormis le Fenouillèdes ils furent nombreux à être fixés  dans l'actuel département des Pyrénées Orientales, en Carcassés, Narbonés et  Peyrepertusés. Cette opinion est celle de l'abbé Sabarthés, la tendance actuelle est à les attribuer aux wisigoths comme St Félix de Gérone, St Julien, Ste Basilisse... Tout en considérant plus primitifs ces trois là.

 


780  :1ère mention de l'abbaye de Saint Martin Lys ( Lez ), ancien ermitage de St Valcarne, dans le dénombrement de celle de Lagrasse. Les moines de la vallée de Valcarne avec ceux de St Jacobi* de Joucou  sont à l'origine de la création d'une grande partie des villages du Capcir et du  Donezan. * Selon une inscription datée de 768 mise à jour dans les ruines de cette abbatiale.


782 :  Première mention de Quillan, la Villae Quilianus dans les possessions de l'archevêque métropolitain  de Narbonne. D'après maître Louis Fédié Quillan figurait antérieurement dans les textes du Rhédésium en tant que Kilianus. Il reste à citer André Marcel : Quillan trouve vraisemblablement son origine étymologique dans le nom gallo - romain Culius ou Quelius.

L'évêché de Narbonne dès le IIIè siècle puis les abbayes de Alet, Lagrasse et St Polycarpe sont à l'origine d'innombrables cellaes ( Chapelles ) ecclésias, villas ou villarias. Ecclesia pour église sous entend une commune, le suivant un hameau à ne pas amalgamer à la villa romaine.

 


788 : Concile à Narbonne, le diocèse de Rennes est distrait de celui du Carcassés pour être associé à Narbonne.

 


Vers 793 Bataille de Villedaigne : Guilhem de Gellone y arrête les Berbères, de là à parler de victoire franque serait inapproprié. L' émir de Cordoue Hescham sous le commandement du vizir Abd -  E - l Melek conserva un énorme butin. Il faudra attendre jusques vers 797 pour que Guilhem puisse définitivement éradiquer la menace de l'émir Hakem. Il reste à préciser si cette bataille de l'Orbieu est un fait avéré ou s'il s'agit seulement d'un épisode de la légende de Philoména au XIIIè siècle.

 


795 : Guilhem crée la Marche d'Espagne, organisée en quatre comtés stratégiques, Carcassonnais, Fenouillèdes, Narbonnais, Razés. Ainsi que le Roussillon et la Catalogne. 817 selon d'autres historiens ou 785 - 86 date à laquelle les Berbères ont été refoulés au delà des Pyrénées,  prises de Gérone puis de Barcelone livrées par leurs habitants. Ils vont resurgir périodiquement jusqu'au XIIe siècle. Voir les multiples contradictions par rapport à 778 et c'est pas fini... Quand à l'extension vers le nord de la Marche d'Espagne il est malaisé de discerner s'il s'agit d'une restructuration ou d'un désaccord entre historiens.

Les habitants de cette entité militaire, la Marche, avaient obligation de prendre les armes si besoin était, sans que cela puisse exclure les trois mois annuels de service obligatoire. Un marquis , en résumé = Gouverneur militaire, était à la tête de chaque marche.

Pour René Quéhen comme maître Louis Fédié le Fenolhedés et le Razés, Perapertusés inclus auraient été érigés en comtés dés cette date, en citant l'ouvrage Marca Hispanica. Le Razés placé sous l'autorité comtale de Carcassonne. Le premier auteur a collaboré  et écrit simultanément avec Annie de Pous sur les mêmes sujets, mais leurs sources sont visiblement différentes, y en a t - il seulement un qui dit vrai ? Cette interrogation s'adresse, tous thèmes confondus,  à chacun des écrivains régionalistes figurant à la rubrique Liens et Livres.

A la tête de chaque comté était désigné un familier du souverain le comitis ou compagnon du roi. comitis ou comes sont à l'origine du mot comte, un chef militaire en charge des fonctions administratives, fiscales et judiciaires.



Vers 798  : Guilhem de Gellone également connu sous les noms de Guillaume d'Orange, Guillaume au Courbnez et en Catalan Guillem. Ce cousin germain de Charlemagne, issu d'un mariage mixte Franc / Goth, en reçoit les pleins pouvoirs sur les possessions des Wisigoths en Septimanie dont le Razés -  Fenouillèdes, Capcir, Conflent, Donezan, Peyrepertusés, Roussillon,  Empuries, Pays de Sault..  Evènement quelquefois daté en 782.

Le comte Guilhem, de Toulouse depuis 781, confie le Razés - Fenouillèdes à son fils aîné Béra 1er en 806 selon la plupart des historiens*. Les comtes sont désignés par les Carolingiens, dans leur entourage et la métropole ecclésiastique de Narbonne à autorité sur le Razés -  Fenouillèdes jusques en 817.

  • Les historiens contemporains  sous influence culturelle roussillonnaise, ont maquillé dans leur langue les prénoms de tous les comtes Carolingiens de souche languedocienne, entre autres personnages. Ce qui explique que Guilhem apparaisse en Guillem. Toujours en est-il qu'ils varient selon que le livre soit signé par un catalan, soit par un languedocien ou un français.

*En 806 selon la plupart des historiens...Et si c'était une méprise du genre je m'inspire de l'ouvrage de mon prédécesseur, sans vérifier ? En 1880 maître Louis Fédié dans sa chronologie comtale : La plupart des historiens ont confondu le comte Béra 1er avec un personnage du même nom qui était quelques années plus tard comte de Barcelone. C'est là une erreur manifeste que l'on relève facilement en vérifiant les dates. Selon lui Béra 1er fut comte de 796 à 840.


798 : D'après un acte signé par deux prélats, mini dominici ( commissaires, juges mages) mandatés par Charlemagne, pour dresser un état des lieux des comtés, Il semblerait que Rennes le Château était une des principales villes de l'Aude au même titre que Carcassonne ou Narbonne. L'évêque de Carcassonne chassé par les ariens s'y serait installé.

  • Cartulaire du Capcir :  Un acte mentionne le Rhedesium ou Pagus Rhedensis, désigné Razés dès le XIIè siècle. Rhedesium = Diocèse de Rhedae.
  • A la fin du VIIIè siècle Théodulphe évêque d'Orléans et commissaire de Charlemagne cite  Rhedae. Traduisible en Chariots de voyage. Ce campement de wisigoths est devenu Rennes le Château.

 

 



Mise à jour le Dimanche, 15 Janvier 2017 19:33