Fenouillèdes 1700 à nos jours.

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Fenouillèdes 1700 à nos jours.
XIXe siècle
Le XXe siècle
Toutes les pages

- XVIIIe siècle -


 

  • Au début de ce siècle, les vignes et les oliviers ayant gelé, développement de la sériciculture principalement dans les localités de la frange Est du Fenouillèdes, Felluns*? Caramany, Latour de France, Cassagnes...Cependant en plein essor, consécutif à la crise phylloxérique  du XIXè, l'ouverture du canal de Suez en 1869 en facilitant l'importation de cocons asiatiques, fut fatale aux magnaneries. Par ailleurs deux épizooties la flacherie et la pébrine décimaient les chenilles dans des proportions effrayantes, ce qui valut au département la visite de Pasteur, motivée par des dommages  moindres comparé aux Cévennes où il était en résidence dans le cadre de ses recherches. *Une indication toponymique, l'Amorièr ou amourié en usage phonétique  = Plantation de mûriers.

 

Attention : Ce site est caduc, allez sur fenouillèdes.fr lequel est plus documenté.


 


 

08/04/1702 : La cour des comptes de Montpellier ordonne la séparation de la communauté de Fenouillet de celle de Caudiès.

 


20/12/1703 : Partage entre les habitants de Fenouillet et le Conseil général (ce terme est-il adéquat ? ) de Caudiès des censives, dettes et gages. Sans aliénation des droits et privilèges des fenouilletins sur le territoire de Caudiès et pareillement pour ceux des caudèriencs sur celui de Fenouillet.

Censives : Redevance en argent ou en denrées que certains biens doivent annuellement au seigneur.

Conseil Général : Assemblée convoquée par les consuls, dirigée par les plus riches chefs de famille dans les petits villages, hormis l'élection des consuls leurs délibérations étaient celles d'un conseil municipal actuel. Ailleurs  des avocats menaient les débats, lesquels recevaient les bourgeois et les commerçants. Tous les administrés avaient la possibilité d'y assister à titre consultatif.

 


18/05/1704 : Le Conseil général de Caudiès décide d'alléger les impôts des brassiers  (ouvriers agricoles qui travaillent avec les bras et ne possèdent rien d'autre), souvent forcés d'aller gagner leur pain en Roussillon et en contre partie de majorer ceux des grands propriétaires.

 


27/04/1708 : Logement à Caudiès, ville étape, de douze compagnies du régiment des dragons de Guyenne. Plainte auprès de l'évêque pour viols orchestrés par les officiers, vols, dégradations de maisons et des ustensiles, coups portés aux hôtes. Le régiment fut condamné à verser 300 livres.Le séjour des armés royales provoquait des dommages considérables, en plus des charges financières imposées à la communauté. A tel point que toutes les ruses étaient valables pour essayer de se faire exempter du logement des troupes qui traversaient le Fenouillèdes depuis au moins le XVe siècle.Il n'était pas rare que les soldats soient mal payés ou que les capitaines accaparent leur solde. Comment se nourrir et s'armer dans ces conditions ? Sinon quand s'adonnant au pillage. Des mendiants, des mercenaires, des routiers étaient communément enrôles pour compléter l'effectif.

 


1709 : Terribles gelées, voir les liminaires ci-dessus.

 


1715 : Règne de Louis XV jusqu'en 1774.

 


1716 : La Régence instaure le système de Law.  A la mort de Louis XIV la dette publique s'élevait à 1200 millions de livres. L'Ecossais John Law fondateur de la banque générale, de la compagnie française d'occident future compagnie des Indes et contrôleur général des finances, tenta un système basé sur l'utilisation du papier monnaie qui se solda par une banqueroute après avoir connu un réel succès. Pendant la Révolution les assignats connaîtront la même trajectoire.



1718 : Ouverture d'un bureau de poste à Limoux par lequel le courrier du Fenouillèdes est acheminé.


1718 - 1776 : Sébastien Trenier, bourgeois de Montfort sur Boulzane, procureur juridictionnel.


20/11/1719 : Contrat passé devant Pierre Fauré, notaire à Caudiès entre Jean Viguier, entrepreneur de bois et lumières des corps de garde et du bois de chauffage pour les troupes du roi, et les frères Dauliac d'Ansignan pour qu'ils transportent le bois de Salvanère par flottage depuis Montfort jusqu'à Rivesaltes. Mise à l'eau prévue pour 1000 piles de bois soit 4500 livres payables en 4 fois. C'est à dire à la mise à l'eau, à ses arrivées à Caudiès, Latour et enfin Rivesaltes. Il n'est pas sûr que cet acte ait été suivi d'effet et le débit de la Boulzane étant forcément limitatif.

Des grumes du Haut - Fenouillèdes transitaient aussi via le cours de l'Aude, voir en 1228 et 1671. Flottage sur l'Aude, Téléchargements fédération audeclaire.org

 


1720 : Création par D.Font d'une forge à Puilaurens, près de Gincla.

10/02/1720 : Alexandre du Vivier vend à Guillaume Castanier d'Auriac, Conseiller secrétaire du roi, pour le prix de 240 000 livres les seigneuries de Montfort et d'Aussières avec la forêt de Salvanère. Vente devant maître Bentajou notaire de Limoux. Ensuite la marquise de Poulpry en hérita.Catherine Françoise Castanier fille de François Castanier d'Auriac et épouse de Louis de Poulpry, lieutenant général des armées. Les Castanier avaient prospéré dans le textile. Assez pour acquérir une trentaine de seigneuries dans l'Aude.

Guillaume Castanier d'Auriac, employait environ 800 personnes à la manufacture royale de Villeneuvette. Un de ces villages usine crées par Colbert dont l'activité consistait à fabriquer des draps à partir de la laine des ovins. Sur la route de Clermont l'Hérault à Mourèze. Une contrée méritant une escapade à plus d'un titre.


Été 1720 à Mosset : 39 855 caprins et ovins en estive, autres villages non comptés,  généralement en provenance du triangle Latour, Opoul, Perpignan plus 3030 de Durban. Les principaux axes de transhumances hormis  les troupeaux andorrans et ariégeois venant passer la mauvaise saison en Roussillon :

  • Du rivesaltais au col de Jau, le Donezan et au - delà via la ligne de partage des eaux entre Agly et Têt afin d'éviter les ravins et les rivières. Le Col de la Bataille recevait aussi ceux du Roussillon.
  • De Tuchan par la vallée du Mauri, Derc village disparu au sortir de la Clue de la Fou, Le Vivier... Une bifurcation à Estagel vers Planèzes, la Désix, Sournia...
  • L'énorme troupeau des cisterciens de Fontfroide parcourait  le premier itinéraire avec haltes à Génégals ( Vingrau, Pas de l'Escale ), Château de Jau / Fief des cisterciens de Ste Marie de Clariana monastère proche du Col de Jau,  Sequères...

08/1720 : Crise financière de Law : Les actionnaires furent très nombreux à vouloir récupérer simultanément leur or. Lequel avait disparu dans le renflouement des caisses du régime. Ce système bancaire était vassal de la royauté et avait à sa charge la dette publique.Les du Vivier auraient été ruinés par la chute des actions et la dévaluation des assignats. D'où la vente du 10.02.


1733 - 1739 : Des dates plus tardives circulent, elles aboutissent à la Révolution. Une famille  d'origine italienne, les Cassini de Thury, mandatés par Louis XV, cartographie le Fenouillèdes. Dés 1683 trois générations de ces géographes arpentent autour du Canigou.

  • Les lieux - dits Thury avec ou sans H ( Caramany, Montfort, Pézilla, Trevillach  ... ) sont ils liés à ces travaux ou au célèbre lieutenant de Simon de Montfort, Lambert de Thury, mystère ? Pour notre part nous sommes enclins à faire prévaloir le tuf = Turi en parler local. Le versant sud de Pézilla de Conflent en est pétri. voir note Agly.

 

Consultez librement la carte Cassini sur Geoportail.gouv.fr

Ces cartographes ont été devancés en 1719 Par Lhuillier et Villaret.

 


 

1739 : Les consuls de Sournia obtiennent la création d'un pèlerinage à Saint Laurent d'Arsa.

 


1740 : Gelées mémorables. Grande famine partout en France.Il est probable que l'expression "tenir une faim de quarante" en soit issue.


 

08/1741 : Etablissement d'un nouvel impôt, le dixième, prélevé sur les revenus supérieurs à 100 livres. Les nobles y étaient assujettis depuis 1710. En 1749 il fut réduit au vingtième et généralisé.

 


 

1750 : Depuis 1700 des centaines de familles ont fuit la misère et le Fenouillèdes pour s'établir en Roussillon : Rennes le château, Counozouls, Cassagnes...  L'âge d'or du pastoralisme est révolu, la picote et la morve mortelle chez l'homme, ont décimé les ovins et caprins et ruiné les bergers. La deuxième moitié du siècle verra empirer cette hémorragie démographique avec la promulgation de deux édits taxant chaque mouton et plus favorables à l'agriculture puis le partage des communaux. Au début des années 1800 la clavelée ou variole du mouton fera de nouveaux ravages en dépit du cantonnement de chaque troupeau.


16/08/1756 : Lettres patentes autorisant Marc - Antoine Marie - Thérèse Dax d'Axat dit marquis d'Axat à construire les forges d'Axat.

 


1758 : Création d'un itinéraire de substitution au chemin de l'étape c'est à dire la route militaire venant de Limoux par le col de Saint Louis. Jusques là l'axe Caudiès, le Vivier, les Albas, Caramany, Estagel était en usage. Le diocèse d'Alet et les Etats décident d'un nouveau tracé plus direct par la vallée du Maury. Cette nouvelle voie sera achevée peu avant la Révolution.


 

14/09/1767 : Jacques Antoine de Rivals achète la seigneurie de Gincla aux Du Vivier. Peu après il fait l'acquisition auprès de Catherine Françoise  de Poulpry des forges et de deux moulins à grains sis également à Gincla. Il était aussi concessionnaire de la forêt de Boucheville et en Conflent des mines de fer à Fillols.La marquise de Poulpry reste propriétaire de près de 2000 ha de forêts, de Salvanére à Gincla, en passant par Ste Colombe sur Guette, avec les métairies d'Aussières et de la Margarido et son minier.

 


1774 : Felix Armand est nommé curé de Saint Martin Lys.


1774 / 1850 : François Cambriel, né à Latour de France. D'abord fabriquant de draps à Limoux puis,  après être monté à Paris, philosophe hermétique auteur de Cours de philosophie hermétique ou d'alchimie.

 


Vers 1775 : L’ingénieur des mines Antoine de Genssane mandaté par les Etats explore le Languedoc dont le Fenouillèdes* à la recherche de nouveaux gisements de houille et métallifères, le coût du charbon de bois étant devenu prohibitif. Son expertise s'exprime pleinement dans les cinq volumes de L' Histoire naturelle de la province du Languedoc parus à partir de 1776. * Vallée de la Boulzane, synclinal du Fenouillèdes, Rasiguères, Bugarach...

 

 


Vers 1780 : Le seigneur de Gincla Raymond Jacques Pascal Rivals-Gincla est receveur général des finances de Carcassonne et membre de l'Orient de la même ville. Il est à l'origine de la dynamique industrielle des forges de Gincla. Dont le renom remontera jusqu'aux plus hautes sphères du pouvoir.On lui doit l'aménagement de la route Lapradelle-Montfort. Cet antique chemin permettait d'aller à Prades par Aussiéres et Mosset.

 


21/05/1782 : Suite à une épidémie de suette les Saints Paulais implorèrent Saint Antoine de les délivrer de ce fléau, lors d'une procession. Ils se rendirent de Saint Paul à Galamus par Saint Christophe, l'Agly, la Tirounère c'est à dire le débouché des gorges. Puis ils gravirent les éboulis jusqu'à rejoindre ce qui deviendra en 1892 la route de Cubiéres, quelques dizaines de mètres avant le parking de l'ermitage.L'épidémie cessa et une chapelle fut créée en action de grâces.La suette milliaire ou gale bédouine est une maladie contagieuse provoquée par un acarien, le sarcopte, révélateur d'une mauvaise hygiène. Avec fièvre doublée d'hyperhydrose et d'éruption cutanée.


1784-1789 : En Fenouillèdes comme partout en France, succession de la calamités naturelles, voir à géologie, paragraphe Genèse de la Révolution Française. Les paysans ont perdu la presque totalité de leurs récoltes et les semences. C'est la famine. Parallèlement le petit peuple est très lourdement imposé particulièrement sur le sel, lequel était incontournable pour la conservation des denrées. Le clergé et la noblesse ne sont que très peu ou pas soumis à l'impôt.

  • Une autre catégorie " De tous temps "  fortement exemptée, les paysans chargés de la défense du pays en cas de raid de l'ennemi. En contrepartie  de ce privilège héréditaire ils avaient obligation de servir toutes affaires tenantes.

1785 : L'intendant de la province donnait des ordres aux officiers de Louveterie de Toulouse pour chasser les loups et les ours autour de Caudiès.


1787 : Edit de tolérance, fin des persécutions religieuses. Le XVIIIe n'est il pas le siècle des Lumières. Des idées novatrices et de progrès se vulgarisent. Mais elles ne sont pas phase avec l'absolutisme


08/12/1788 : Louis XVI ayant convoqué les Etats Généraux, les notables de St Paul s'adressent au roi dans une requête imprimée relative à la représentation du Tiers aux Etats, à l'élection et au statut social de ses députés. Le ton est emphatique envers le monarque, ce courrier s'achève avec un Vive le Roi ! Copie de ce document de quatre pages sur la revue Fenouillèdes No 40.

 


02/1789 : Les cahiers de doléances : De février à avril et sur décision de Louis XVI, le tiers-état de chaque paroisse s'adresse au roi. Le clergé et la noblesse établissent leurs propres documents.Mais dans la sénéchaussée de Limoux le texte définitif fut l'œuvre de Raymond Ribes substitut de l'intendant du Languedoc, sans tenir compte des doléances des communautés.  Voir à la fin de ce siècle.

Vers le 10/03/1789 : Nomination des députés aux États généraux du diocèse d'Alet. Chaque paroisse pouvait désigner deux délégués électeurs sauf Saint Paul et Caudiès qui avaient droit à quatre électeurs. Tous les français ayant 25 ans au minimum et inscrits sur le rôle des contributions pouvaient être mandatés comme électeurs ou devenir députés.  Ils se rendaient à l'assemblée du Tiers État de la sénéchaussée de Limoux pour procéder à l'élection, élaborer le cahier de la sénéchaussée.


02/05/1789 : Versailles : Sur ordonnance de Louis XVI motivée par la crise économique réunion des États généraux. Présentation des mille deux cents députés , vêtus spécifiquement selon leur ordre et la volonté du roi. En décembre Necker obtint le doublement de la représentation du Tiers. Ses députés sont dorénavant plus nombreux que ceux du clergé et de la noblesse réunis.

09/07/1789 : Aux  États les députés du Tiers proclament l'Assemblée nationale Constituante, c''est l'amorce de la Révolution Française.

04/08/1789 : A 02.heures du matin la Constituante abolit les droits féodaux et les privilèges. Affirmation de l'unité juridique de la nation jusques là variable selon les communautés et les provinces.

06/08/1789 : Caudiès, couvent des Augustins : Constitution de la première Fédération de France. Évènement tombé dans l'oubli. Celle d'Etoile dans la Drôme n'a été fondée que le 29 novembre 1789. Ce village  est pourtant connu pour être le précurseur de ces rassemblements d'assistance mutuelle. Entre 40 communautés et 12.000 gardes nationaux.Cette première Fédération est consécutive à deux événements qui ont ébranlé Caudiès. D'abord le pillage du grenier à sel du Fenouillèdes les 3 et 4 du même mois par 3.000 brigands. Avec l'entrepôt de tabac et la cave du receveur Regnard des Fontaines. Ces bandits mirent à profit la chute de la Bastille et du pouvoir pour sévir à Caudiès qui était jusques là ville royale. Puis le lendemain le bruit courut qu'une nouvelle bande approchait en venant de vers Quillan. Mais ce n'était apparemment qu'une rumeur. Au plan national c'était La Grande Peur, une panique collective impliquant des bandes de brigands, le plus souvent imaginaires, prêts à vous tomber dessus. Toujours est-il que seuls des renforts des paroisses du Fenouillèdes et du Conflent accoururent au secours de Caudiès.C'est à partir de là que fut décidé de créer une confédération à but défensif des patriotes des villages alentours soit 1500 hommes environ. Dont la milice bourgeoise de Mosset commandée par le sieur Escanie, celles de Montfort, Saint Paul, Sournia... venues secourir Caudiès. Une trentaine de communautés aurait participé, si cette évaluation n'est pas fantaisiste ? Il en reste le pré de la Fédération anciennement le pré du Saint sacrement et champ de foire.

Le grenier à sel de Prades avait subit le même sort le 28 juillet.

Caudiès ville royale était alors siège de la viguerie du Fenouillèdes.

02/11/1789 : Afin d'éponger la faramineuse dette de l'Ancien régime. confiscation des biens du clergé par la Nation, cultures, forêts, forges,  moulins, biens de fabrique, mobilier, bâti.... On s'imaginera aisément que les richesses amassées par les représentants de l'Eglise aient excitées des convoitises. Souvent leurs biens ont été vendus sous évalués. A titre d'exemple ce fut l’opportunité d'acquérir les meilleures terres à moindre coût.

 


26/02/1790 : Décret fixant les limites des départements. Les députés de la province du Roussillon voulaient incorporer la vallée de la Boulzane (canton d'Axat) dans les Pyrénées Orientales. En prenant appui sur la volonté en ce sens des habitants de Montfort dont les relations commerciales avec le Roussillon étaient bien ancrées. Meilleur accès aidant, Felix Armand et ses paroissiens de Saint Martin Lys n'avaient pas achevé le percement du Trou du curé dans les gorges de Pierre Lys. Lagrasse et ses alentours avaient également pour objectif d’intégrer les Pyrénées-Orientales ou plus exactement et selon la désignation de l'époque, le département du Roussillon, n°65 dans une série de 83, totalisant environ 110.000 habitants.

Inversement Joseph Armagnac dans le Messager de Notre Dame de Laval avril 1925 déclare en substance :

  • Le véritable désespoir (le mot n'est pas trop fort) qui s'empara de nos aïeux lorsque on arracha le Fenouillèdes à la sénéchaussée de Limoux, pour en faire avec le Roussillon le département des Pyrénées Orientales.

 

Il ressort de ce nouveau découpage administratif que les quatre cantons Est ci-dessous, sont si l'on peut dire, victimes d'une trahison échafaudée par la Constituante. En étant rapprochés des roussillonnais trop proches de leurs cousins d'outre Pyrénées et ennemis séculaires de la France. Ne perdons pas de vue que d'innombrables générations de villageois de Ansignan à Vira se sont sacrifiées pour que leur terre demeure de France. L'invasion espagnole de 1793 avec l'appui massif du Roussillon qui n'avait pas encore intégré le Traité des Pyrénées de 1659, allait leur donner cruellement raison.

Le Fenouillèdes est découpé en cinq cantons dont quatre dans les Pyrénées Orientales et un dans l'Aude, celui d'Axat*. Côté Roussillon, les trois actuels plus celui de Caudiès composé de Fenouillet, Fosse, Prugnanes et Vira. Il sera dissout sous la Restauration. A lire : Dictionnaire topographique du département de l'Aude par l'abbé Sabarthès. * Avec Roquefort, Buillac, Ste Colombe et Counozouls.

 

Fin des États généraux du Languedoc sous la présidence du dernier archevêque de Narbonne Monseigneur Arthur-Richard Dillon qui ira s'exiler à Londres. Sous l'Ancien régime le Fenouillèdes était une composante de la Généralité de Toulouse dans la province du Languedoc.

1790 : Sur proposition de Talleyrand évêque d'Autun, l'Assemblée constituante met en place l'unification des poids et mesures. Fondée sur la définition du mètre (dix millioniéme partie du méridien terrestre.)

En Fenouillèdes trois unités de mesures étaient en usage. Celles de Caudiès, de Latour, de Saint Paul. La cétérée, la quartière, le dourg, la charge, respectivement pour les surfaces, les grains, l'huile, le vin. D'autres barèmes étaient utilisés en Roussillon. Pour en savoir plus, hormis le lien qui précède nous vous recommandons la revue Fenouillèdes n* 30. Le mètre carré, le kilogramme, le litre, n'avaient pas cours. Deux cent vingt ans plus tard ces modes de calculs et les termes inhérents aux sous divisions demeurent familiers à ceux nés dans l'entre deux guerres.


30/03/1790 : Election des premiers maires.

11/07/1790 : La Garde Nationale de Caudiès prête le serment civique à la Nation, à la loi et au roi devant le maire et les officiers municipaux. Elle succède à la milice, voir en 1559.

14/07/1790 : Paris à la Bastille : première fête de la Fédération. Célébration de l'unité nationale et de la prise de la Bastille. Le roi et La Fayette prêtent serment à la Constitution. Sous la Révolution une fédération désigne une association formée pour lutter contre les ennemis de la Liberté.

24/08/1790 : Promulgation de la Constitution civile du clergé. Les curés deviennent des fonctionnaires. Début de la vente des biens ecclésiastiques. Les fonds provenant de leur vente sont recueillis dans une caisse de l'extraordinaire. D'où les assignats à 5% d'intérêts, les premiers billets. Les prêtres sont nommés par l'administration et doivent prêter serment civique à la Nation, à la loi et au roi.

05/ 11/1790 : Abrogation de la gabelle  et des traites entre provinces donc  du Languedoc au Roussillon et inversement.

 

14/12/1790 : Loi organisant les municipalités avec un Conseil général = Conseil municipal composé de membres proportionnels à l'importance de la population et nommés par les électeurs primaires ou citoyens actifs.Le maire est entouré d'officiers municipaux et d'un corps de notables en nombre double des précédents. L'Agent national désigné par la Convention était nanti de tous les pouvoirs d'exécution pour faire appliquer les mesures décrétées.

Citoyen actif : Celui qui s'acquitte d'un impôt au moins égal à trois journées de labeur agricole. Son vote participe à l'élection du maire.

 


31/01/1791 : Le curé Gabriel Deville de Saint Paul mais né à La Tour, devient le premier évêque constitutionnel de Perpignan. Son homologue de Carcassonne est monseigneur Bésaucèle.

15/06/1791 : Tous les citoyens actifs sont tenus de se rendre au chef lieu du canton pour nommer les députés.

20/06/1791 : Première élection législative.

Le même jour à Varennes arrestation de  Louis XVI et des siens.

09/1791 Adoption de la première Constitution Française.

01/10/1791 : Décret de la Constituante instaurant le suffrage censitaire. Seuls les plus riches peuvent voter. L'Assemblée constituante devient la première assemblée législative du nouveau régime. Pour être électeur il fallait payer un impôt correspondant à dix jours de labeur agricole et pour être député l'équivalent de cinquante jours de travail.

12/11/1791 : Vente aux enchères des biens nationaux. Voir ci-dessus à 02/11/1789.L'ermitage Saint Antoine de Galamus est vendu pour la somme de 800 livres à JM.Laforce et à P.Baudet, ermites prête-noms du conseil de fabrique de Saint Paul. Ils en firent abandon pur, simple et irrévocable auprès de la dite fabrique le 11 juin 1807 devant maître A.Pons notaire impérial à Saint Paul.

Conseil de fabrique = Marguillerie, cette structure assurait la maintenance des constructions, la gestion des ressources issues du culte, des cultures, dons...


1792 : Émigration des Suspects, les nobles et les prêtres réfractaires*,  vers l'Espagne et l'Italie dont Félix Armand, pour échapper à l'emprisonnement ou à la délation ( Primes incitatives ), à la déportation. Confiscation de tous leurs biens. L'Espagne profitant du chambardement révolutionnaire manœuvre aux fins d'attiser une révolte des roussillonnais, face aux autorités françaises.

* C'est à dire ayant refusé de prêter serment de fidélité à la nation, à la constitution civile du clergé.

06/05/1792 : Le caudiésien François Roussel orphelin à 13 ans d'un cavalier de la maréchaussée, élu commandant de la Garde Nationale du canton, composée de 300 hommes armés de 40 fusils.

20/09/1792 : Laïcisation de l'Etat civil.

21/09/1792 : La Convention, ex-Assemblée législative proclame l'abolition de la royauté. Le lendemain débute l'an 1 de la première République laquelle durera jusqu'au 18 mai 1804. Le 22 septembre devient le premier Vendémiaire.

En 1792 les paroisses deviennent des communes et les mairies sont crées.

11/11/1792 : Élection à Prades des huit directeurs de l'Administration départementale dont Roussel. Le député Lucia fut réélu Procureur général du département.  Jacques Truillet de Rabouillet, instituteur , officier public, administrateur du district de Prades.

 


21/01/1793 : Exécution de Louis XVI.

07/03/1793 : La Convention déclare la guerre à l'Espagne de Charles IV, les troupes ennemies étaient massées à la frontière depuis janvier.

Le 17 avril pénétration des espagnols du général Antonio Ricardos, par Saint Laurent de Cerdans au bénéfice de la trahison de gardes nationaux Laurentins qui boutèrent le bataillon des volontaires du Tarn cantonné dans leurs murs. Aux côtés de l'ennemi au moins 400 émigrés et beaucoup de  prêtres monarchistes. Seuls le Fenolhedes, Perpignan et ses alentours ne sont pas occupés.

05/05/1793 : Le département lève 800 hommes pour former un quatrième bataillon. Un commissaire se transporte dans chaque village pour procéder au recrutement de volontaires. Si le quota local n'était pas atteint le solde était désigné d'office. A la faveur de cette invasion espagnole, soulèvement d'une partie du Roussillon contre le pouvoir révolutionnaire.

25/06/1793 : Suite à la chute de Bellegarde ce même jour, il sera levé 1500 volontaires dans le pays de Sault et le Razes constitutifs des braconniers montagnards des Corbières. Au cours de l'été il passa à Caudiès plus de 25 000 volontaires se rendant des départements alentours à l'armée des Pyrénées Orientales, au sien de laquelle les catalans étaient qu'une petite minorité (Michel Brunet).

27/08/1793 : Le registre des représentants du peuple prés l'armée des Pyrénées - Orientales ordonne de transporter en tous lieux de sûreté les grains, farines, foins, etc. De réquisitionner les chariots et les chevaux.

05/ 09/ 1793 :La Convention proclame  la Terreur, durcissement de la révolution qui dérape en guerre civile. Acharnement envers l’Église Catholique, ceux qui se sont enrichis sur le dos du peuple ou qui n'ont pas intégré les nouvelles mesures révolutionnaires..Parallèlement la France est en conflit armé contre une coalition de monarchies, Autriche, Espagne, Prusse

08/09/1793 : L'armée espagnole est stationnée à Rivesaltes.

17/09/1793 : Bataille de Peyrestortes : Victoire décisive de la France sous la conduite des conventionnels Cassanyes et Fabre et des généraux d'Aoust et Goguet. Il était temps, l'armée du général Don Joseph Simon de Crespo avait pris Mosset le 20 août. Le 30 c'étaient Montner et Caladroi après Saint Féliu. Heureusement le 28 au col de la Perche, le général Dagobert avait refoulé un autre corps d'armée avec les braconniers montagnards des Corbières, Mont Louis était libéré. Fabre affirme a la Convention : Ces catalans du  Roussillon sont plus espagnols que français. C'est une vaste famille de prêtres et d'émigrés. Gérard Bile maire d'Espira de l'Agly écrit dans son histoire d'un village du Roussillon : Le camp de Ricardos, riche en matériels de toutes sortes puisqu'il devait alimenter une armée de environ 12 000 hommes  et 35 bouches à feu, fut très largement pillé par les habitants des alentours qui n'avaient pas pris parti. La défaite de l'Espagne entraina un exode massif des catalans du nord, chiffré en milliers d'habitants. Les gardes civiles du Fenouillèdes ont joué un rôle prépondérant, notamment en expulsant les espagnols de Mosset. Ce fut la seule intervention de la fédération de Caudiès.

Ce même jour adoption de la loi des Suspects. Dans un premier temps la guillotine fonctionna contre les nobles émigrés,  leurs parents et les réfractaires. Puis un public plus large fut concerné.

29/09/1793 : En réaction à la hausse vertigineuse du coût de la vie, les députés Montagnards votent la loi du Maximum. Chaque conseil général ( Conseil municipal ), instaure des prix plafonds pour les denrées et les produits de première nécessité, accompagné d'un blocage des salaires. Les contrevenants sont assimilés aux ennemis de la Révolution et ainsi aux Suspects. Ils s'exposent de fait à être emprisonnés voire à la décapitation.

20/10/1793 : Loi du... Tout curé non assermenté est passible de la peine de mort s'il n'a pas quitté le sol de la République dans un délai de 10 jours.

06/11/1793 : Nationalisation des biens de fabrique, destinés à être rapidement revendus.


04/02/1794 : Abolition de l'esclavage grâce à la contribution de François Arago 1786 / 1853.

Estagellois devenu astronome, député, ministre de la guerre est assurément avec le maréchal Joffre le plus célèbre des catalans .

  • Dans le pays Arago se prononce Aragou, ils  s"écrivent Aragon, le premier résulte manifestement d'un sous doué en orthographe. Quelles sont les origines réelles de cette illustre famille ? Estagel tel que communément brandi par les catalans nord -  pyrénéens ? Sur cette base simpliste tout languedocien s'en méfierait.  Estagel ancien village frontière est la porte du Fenouillèdes, hors ce patronyme y était répandu multi séculairement à Sournia,  Prats, St Paul...Ses ancêtres se seraient - ils installés dans la plaine comme tant de familles? Peut être à quelques kilomètres de là, juste du coté opposé ( France - Languedoc ) de l'ancienne frontière vers  Tautavel d'où en 1720 Pierre Antoine ancêtre du célèbre physicien émigra chez ses voisins catalans. Il suffit  de vérifier sur geneanet ou sur histoireetrando-prats-de-sournia.fr

En outre cette interrogation mérite d'être formulée au regard du jacobinisme sang et or abordé en pages d'accueil.

01/05/1794 : Bataille de Le Boulou, retraite définitive de l'armée espagnole.

27/07/1794 : Chute de Robespierre et des Montagnards, fin de la Terreur.

 


07/04/1795 : La Convention proclame que le franc remplace la livre de l'Ancien régime. Le mot franc était déjà connu pour désigner la livre. Division du franc selon le système  décimal comme les mesures en 1790.

23/10/1795 : Fin de la Convention, nouvelle constitution.


Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle accroissement de l'activité charbonnière, liée aux besoins de la métallurgie et au développement démographique. Les hêtraies en ont souffert jusqu'à atteindre l'épuisement de la ressource suite à une rotation excessive des coupes. Des cahiers de sénéchaussée (doléances) révèlent une pénurie de bois de chauffage. Ailleurs cessation d'activité de certaines forges faute de charbon disponible.Ceux qui connaissent la somptueuse hêtraie sapinière de la Boulzane, seront ahuris à la lecture de la date du 26.05.1852.

Il fallait 65 mètres cubes de bois pour une tonne de fer, le carbone du charbon de bois était l'élément indispensable pour obtenir la réduction du minerai dans les fourneaux. Le volume de charbon fluctuait sensiblement selon le genre, l'âge et le taux de dessiccation. Les forêts de Le Vivier, Vira, Fenouillet... Fournissaient les forges de Gincla, les plus importantes, Montfort, Puillaurens et plus anciennement la fonderie de la Fargasse Sournia.Les dernières charbonnières étaient en activité dans la forêt de Le Vivier jusqu'à la fin des années 1940. Les charbonniers souvent d'origine italienne vivaient plusieurs  mois sur place dans des conditions spartiates. La ventilation de la meule exigeait une surveillance jour et nuit. De nos jours Ils seraient probablement confondus avec des sans domicile fixe. Il n'en subsiste que des places au sol noirci et crissant, des vestiges de marmites au col de Tulla, à Castel Fizel... Il faut ajouter que ces lombards sont un modèle d'intégration dès la première génération.

L'été jusqu'au cœur murî de l'automne, les hommes noirs de la forêt habitaient des huttes de branchages et de pierres, aux toits feuillus. On leur louait des places charbonnières aux clairières profondes des sous bois. Joseph Ribas Canigou montagne sacrée des Pyrénées éditions Loubatières 2003.

 


01/1797 : Arthur Richard Dillon archevêque de Narbonne depuis le 21 mars 1763 intervient dans une lettre pour que le chemin de Caudiès à Saint Louis soit mis au gabarit de l'artillerie des troupes allant guerroyer en Espagne.Cette voie Limouxine se poursuivait vers Castel Fizel, le Vivier, les Albas, Ansignan, Caramany, Latour de France, Estagel. Une bifurcation à le Vivier à destination de Prats, Sournia et Prades. Outre l'itinéraire Saint Paul Perpignan en venant de Bayonne par Saint Girons. Dans les deux cas par le col de Saint Louis.


 

09/01/1799 : Coup d'Etat, Bonaparte renverse le Directoire et instaure le Consulat, effectif jusques en 1804.

 


 


Fin XVIIIe début XIXe : F.Armand vulgarise la culture de la pomme de terre. C'est Louis XVI qui lança la patane en 1785. Quand au maïs il fut introduit dés le début du XVIIe et s'avéra être une contribution à la disparition des famines

Construction d'une route pour voitures roulantes de Caudiès à Estagel.

 



Mise à jour le Lundi, 16 Janvier 2017 18:37